Comment doter votre salle blanche d’assembleurs qualifiés

deux personnes portant une combinaison contre les matières dangereuses et un masque

Dès l’arrivée de la COVID-19, le bassin de main-d’œuvre des techniciens de salle blanche a été rapidement bouleversé. La demande de talents dans de nombreux secteurs, souvent liée à des procédures médicales non urgentes, a diminué. Cette accalmie a été compensée par une croissance explosive des besoins en fournitures essentielles. 

Les meilleurs talents de salles blanches ont repris le travail. Cependant, avec le retour progressif des procédures non urgentes, une crise d’embauche pourrait se dessiner.

C’est le moment idéal pour se montrer stratégique dans le recrutement des talents de salles blanches et pour étendre vos bassins de candidats. Nous avons demandé à Amber Worton, directrice de comptes chez Aerotek, de nous expliquer comment – et quand – élargir vos horizons lors de vos recrutements pour salle blanche.

Embauche d’assembleurs de salle blanche selon le processus de production 

Une expérience préalable en salle blanche n’est pas forcément nécessaire pour recruter des assembleurs compétents. Tout dépend de la tâche d’assemblage requise.

Certains processus, par exemple dans l’industrie pharmaceutique, peuvent nécessiter des compétences d’assemblage moins intensives. Ces postes peuvent convenir parfaitement aux candidats ayant une expérience des bonnes pratiques de fabrication, mais pas du travail en salle blanche.

Comme le dit Amber Worton, « il arrive que l’'on recherche un mouton à cinq pattes, un talent rare et hyper spécialisé qui est incroyablement difficile à trouver, mais il arrive aussi que l’'on trouve les moyens d’étirer le bassin de candidats tout en maintenant les quotas de production ».

Dans une gamme de produits diversifiée, tous les processus ne requièrent pas des talents d’assembleurs ayant une grande expérience de la salle blanche. La disponibilité de la main-d’œuvre doit être considérée comme un facteur stratégique essentiel pour évaluer la viabilité du produit.

Utiliser tous les outils disponibles pour identifier les candidats prioritaires

S’'il est toujours bon de définir les qualifications du candidat idéal au poste de technicien en salle blanche d’après le processus d’assemblage, l’identification des caractéristiques clés peut s’avérer plus délicate. 

Certaines compétences « spécialisées » prioritaires figurent sur un CV ou une candidature. 

Les candidats ayant une expérience des salles blanches constituent un profil prioritaire évident. Les autres, s’ils ont obtenu des certifications IPC-610 ou J-STD pour le travail d’assemblage, doivent également être considérés comme prioritaires. Une expérience des bons procédés de fabrication ou de la manipulation des aliments réglementés par la FDA, constitue également un signe prometteur. Les parcours de ce type montrent une capacité à respecter des protocoles rigoureux. Pour les processus qui exigent une dextérité manuelle de haut niveau, recherchez une expérience dans l’assemblage de circuits imprimés et de composants électroniques. 

« Les procédures d’opération normalisées sont très importantes », indique Amber Worton. « Certains candidats sont doués pour les appliquer, d’autres non. »

Quelle que soit leur expérience, les techniciens de salle blanche doivent être performants avec des EPI tels que blouse, filet à cheveux, masque, protection oculaire et gants. La présélection des candidats capables de suivre des instructions contribue à maintenir la stérilité du champ.

Anticiper un resserrement du marché du travail 

Avec le retour de la demande de procédures médicales non urgentes, le nombre de candidats disponibles pour l’assemblage en salle blanche est susceptible de diminuer.

Les employeurs de salle blanche peuvent devancer cette tendance de deux manières. D’abord, attachez-vous à attirer les candidats. Le salaire est le facteur le plus évident, la qualité de la formation aux nouveaux processus n’étant pas loin derrière. Mais il ne faut pas négliger l’'intérêt suscité par la nature même du travail. 

Selon Amber Worton, « les travailleurs qualifiés adorent la perspective de travailler sur des technologies qui sauvent des vies ».

Ensuite, les employeurs doivent garder une longueur d’avance sur le resserrement du marché du travail en se concentrant sur la rétention du personnel. Il faut donc mettre les assembleurs de salle blanche en position de réussite. Optez pour des initiatives telles que des formations échelonnées, des campagnes de recrutement plus longues et un développement progressif des employés.

« On peut former à peu près n’importe qui, à condition qu’il possède le bon bagage, mais cela prend du temps », explique Amber Worton. « Il est préférable d’'agir progressivement et sciemment. »

Vous pouvez augmenter la production en réponse au marché, au fur et à mesure que reprennent les interventions concernant les implants et les dispositifs médicaux non urgents. Ce phénomène peut aussi contribuer à élargir le bassin de candidats. Si un nouvel employé se distingue sur des projets d’assemblage simples, il peut passer à un produit plus complexe.

Avec le rétrécissement du bassin de main-d’œuvre, faites appel à votre partenaire en dotation de personnel pour sa connaissance du marché et des compétences. 

L’assemblage en salle blanche est une compétence de niche. Vous avez besoin de travailler avec un partenaire qui maîtrise le sujet et comprend le bassin de candidats.

Pour entamer une conversation sur la manière de trouver les candidats adaptés à vos besoins spécifiques, communiquez avec Aerotek

.