Quelle est la prochaine étape pour les mécaniciens aéronautiques

travailleur de l’aviation

En raison des difficultés de l’industrie du transport aérien, l’avenir des mécaniciens aéronautiques est aujourd’hui incertain. Un expert d’Aerotek nous donne des conseils sur la suite des événements. La profession de mécanicien d’aéronef compte parmi les spécialités les plus recherchées et les mieux rémunérées. Mais le secteur de l’aviation étant particulièrement affecté par la pandémie de COVID-19, les mécaniciens expérimentés vivent des moments délicats.

Faut-il envisager un changement de carrière susceptible d’entraîner une baisse de revenus à court terme? Est-il nécessaire d’obtenir de nouvelles certifications ou d’acquérir de l’expérience sur un plus large éventail d’aéronefs?

Pour répondre à ces questions, nous nous sommes entretenus avec Hunter Phillips, directeur de comptes chez Aerotek, dont les relations avec les employeurs du secteur de l’'aviation en Nouvelle-Angleterre lui permettent de savoir ce qui se prépare et comment s’adapter. Il suggère trois grandes recommandations.

Se diversifier pour s’en sortir à court terme

Traditionnellement, les mécaniciens d’aéronef gagnent plus à mesure qu’ils se spécialisent dans un type de flotte, d’appareil ou de système. Aujourd’hui, le marché est différent. On recherche davantage de polyvalence dans les compétences. 

« Les vols commerciaux et le voyage étant à l’arrêt, beaucoup de mécaniciens sont dans l’expectative », explique Hunter Phillips, « mais le travail finira par revenir ».

Les mécaniciens d’'aéronefs ne devraient pas rester trop longtemps dans l’attente. « Vous serez plus à l’aise en restant flexible et en vous diversifiant. L’expérience polyvalente de certains leur a permis de prospérer », précise Hunter Phillips. 

Songez aux options suivantes :

  • Élargissez votre recherche d’emploi en passant de l’aviation commerciale à l’aviation d’affaires ou générale 
  • Renforcez vos compétences en suivant des cours d’avionique ou de mécanique structurelle
  • Intégrez temporairement un autre secteur, tel que l’automatisation, le ferroviaire ou la manutention

Pour chaque mécanicien d’aéronef, les options sont multiples. Les compétences et l’expérience en matière de systèmes mécaniques, en particulier la pneumatique et l’hydraulique, sont directement applicables à de nombreux autres domaines. En outre, les employeurs du monde entier savent qu’une certification A&P constitue un gage de sérieux en matière de respect des protocoles de sécurité, ce qui est très apprécié sur tous les chantiers.

Pour plus d’informations sur les alternatives de carrière, consultez notre article précédent 3 raisons pour mettre à profit ses compétences techniques pour une carrière dans l’automatisation.

Dans une profession qui peut nécessiter de nombreux déplacements pour se rendre où se trouvent les emplois, les mécaniciens d’aéronef sont davantage incités à voyager que bien d’autres corps de métier. « Ce n’'est pas comme si l’industrie avait entièrement disparu », tempère Hunter Phillips. « Il existe encore des possibilités pour les mécaniciens de terrain. »

Dans les mois à venir, l’outil le plus précieux des mécaniciens d’aéronef sera un état d’esprit flexible.

Communiquer pour se positionner à moyen terme

La meilleure façon pour les mécaniciens d’aéronef de se tenir au courant des derniers développements est de rester actifs dans leur réseau professionnel. Les collègues, les partenaires de recrutement et les écoles de certification aéronautique sont d’excellentes ressources pour trouver la prochaine opportunité.

« Les écoles du secteur de l’aviation sont l’une des meilleures sources de renseignements à jour », explique Hunter Phillips. « Parce que c’est le premier endroit fréquenté par les employeurs pour s’enquérir de la disponibilité générale du personnel, il est utile de s’y intéresser. »

Quand l’industrie aéronautique reprendra son cours normal, ceux qui sont restés engagés et visibles seront les premiers à saisir les nouvelles opportunités. C’est valable pour les mécaniciens comme pour tous les acteurs de soutien tels que les partenaires de recrutement, les organisations professionnelles et les écoles de certification. Quel que soit le rôle de chacun dans le secteur, une communication et un réseautage actifs donneront la visibilité nécessaire pour être servi parmi les premiers.

Pendant leur quête de renseignements, les mécaniciens d’aéronef doivent rester amicaux et faire bonne impression, mais aussi prendre note de qui sait quoi. Les personnes qui possèdent les informations les plus récentes et les plus utiles peuvent être considérées comme des relations prioritaires.

Persister pour réussir à long terme

Même si les prévisions à court et moyen terme concernant l’industrie sont incertaines, les mécaniciens d’aéronef restent bien placés pour rebondir car leur profil sera recherché.

« L’âge médian relativement élevé des mécaniciens laisse toujours présager une prochaine vague de départs à la retraite », ajoute Hunter Phillips. « À la reprise de l’industrie, ce manque sera toujours présent pour créer une demande envers les détenteurs de certifications actives. »

Il y a de la lumière au bout du tunnel pour les mécaniciens d’'aéronefs. 

Si vous êtes un mécanicien avec des compétences spécialisées, soyez flexible, entretenez vos contacts et persistez. Vous en serez récompensé. 

« Nous savons que c’'est difficile, que votre carrière est en suspens et que vous retenez votre souffle dans l’'attente de ce qui va se passer. Mais gardez le cap et faites ce que vous pouvez pour le moment », lance Hunter Phillips. « Le point de basculement de la demande de mécaniciens devrait se produire plus tôt dans l’aviation que dans l’économie générale. »

Vous planifiez la suite? Gardez la tête haute et restez positif. Vous pourriez être en grande forme quand la situation va se rétablir.  

Pour rechercher des opportunités dans l’aviation ou dans d’autres domaines, consultez notre site d’emplois ou communiquez avec votre représentant Aerotek pour obtenir des conseils.