Vos candidats se fantômisent-ils?

Comme le taux de chômage est à son plus bas niveau pour une nouvelle année d'expansion économique, les candidats bénéficient en 2020 d'une surabondance de possibilités. Cependant, ce même marché de l'emploi cause de véritables maux de tête aux entreprises qui embauchent. Un exemple? Pour emprunter un terme du monde des rencontres en ligne : la fantômisation.

Qu'est-ce que la fantômisation?

« La fantômisation se produit lorsqu'un candidat potentiel ayant entamé un processus de recrutement ne se rend pas à un entretien, ne se présente pas pour son premier jour de travail ou cesse de répondre aux communications », explique Justin Dragoo, un directeur de comptes stratégiques pour Aerotek qui suit les tendances en matière d'emploi et de marché.

Un sondage Indeed a révélé que, parmi les employeurs :

  • 83 % avait connu la fantômisation.
  • 69 % ont déclaré que cette tendance avait commencé il y a deux ans.
  • 65 % ont connu des chercheurs d'emploi ayant accepté une offre, mais sans se présenter pour leur premier jour de travail.

Tandis que 94 % des chercheurs d'emploi ayant pratiqué la fantômisation ont déclaré n'avoir subi que peu, voire pas, de conséquences. Pourquoi se fantômisent-ils?

  • Plus de 50 % ont décidé que le poste ne leur convenait pas.
  • 40 % se sont fantômisés après avoir reçu une autre offre.
  • 26 % ont expliqué s'être senti mal à l'aise à l'idée de devoir dire à l'employeur qu'ils avaient changé d'avis.
  • 13 % ont mentionné des problèmes de communication d'ordre général.

À quel moment les chercheurs d'emploi se fantômisent-ils?

  • 50 % ne se sont pas présentés lors de l'entretien d'embauche.
  • 46 % ont cessé de répondre aux recruteurs ou gestionnaires.
  • 22 % ont accepté le poste, mais ne se sont pas présentés le premier jour.
  • 19 % ont accepté une offre verbale, mais n'ont jamais signé de document.

Réduire les risques de fantômisation

Le fait que l'équilibre des forces ait changé ne signifie pas que les employeurs soient impuissants, affirme Dragoo. Il propose les trois conseils suivants afin de réduire les risques :

  1. Soyez rapide
    Plus de 70 % des chercheurs d'emploi acceptent leur offre de second choix si une entreprise prend trop de temps à répondre. Si vous ne l'avez pas encore fait, simplifiez votre processus de recrutement pour être sûr de ne pas rater votre chance d'embaucher vos candidats de premier choix.
  2. Gardez le contact
    Si vous ne communiquez pas de manière continue avec vos candidats, ils ne sauront pas à quoi s'en tenir et risquent de retenir une autre de leurs options. Même au moyen d'un bref courriel, communiquer avec eux pour leur fournir des renseignements à jour permettra de dissiper leurs éventuelles craintes pendant le processus.
  3. Jouez avec les chiffres
    Créez une réserve de candidats possibles en organisant davantage d'entretiens que ce que vous pensez nécessaire afin de vous prémunir dans le cas où le candidat retenu ne se présente pas. La plupart des candidats ont plusieurs entretiens en cours, c'est pourquoi vous devez vous assurer que votre équipe est prête à étudier d'autres options.

Au final, la réussite de votre processus de recrutement dépendra des candidats qu'il aura permis de rencontrer. Les employeurs doivent être ouverts, stratégiques et réactifs face aux changements du marché du travail si vous souhaitez détourner les meilleurs talents de vos concurrents. Même si certains candidats se volatilisent.

Vous voulez en savoir plus sur la manière de recruter des candidates fiables? Communiquez avec Aerotek dès maintenant.