1. Accueil
  2. Nouvelles

Les technologies propres seront une importante source d’emplois pour les travailleurs qualifiés au Canada

Au cours de la dernière décennie, des inquiétudes concernant les changements climatiques se sont propagées dans la société en passant des gouvernements aux entreprises, aux médias et à la population. Alors que des voix de plus en plus nombreuses se lèvent pour demander des réponses à ces inquiétudes environnementales urgentes, la problématique est devenue inévitable pour ceux qui peuvent apporter des changements importants.

Les changements climatiques ont aussi créé un paysage fertile en matière de perspectives d’emploi, particulièrement dans les secteurs pouvant aider à résoudre ces problèmes. Le Canada est particulièrement pressenti pour jouer un rôle majeur quant aux efforts mondiaux de lutte contre les changements climatiques, en grande partie grâce à son secteur croissant des technologies propres.

Les technologies propres canadiennes joueront un rôle central dans la lutte contre les changements climatiques

L’ONU a récemment publié son rapport sur les changements climatiques de 2014, lequel a réitéré le rôle des technologies propres et renouvelables, le qualifiant d’essentiel à l’arrêt des dommages causés par l’homme. Les auteurs du rapport ont noté qu’au moins 80 % de l’énergie totale mondiale générée doit provenir de sources renouvelables d’ici 2050, si nous souhaitons voir un impact significatif quant au renversement des hausses des températures.

Le Centre canadien de politiques alternatives et le West Coast Environmental Law ont créé un rapport conjoint présentant des façons de pénaliser les entreprises dont les activités sont liées aux changements climatiques. Bien qu'il faille probablement attendre encore plusieurs années avant la mise en place de politiques précises, le rapport démontre que les fonctionnaires canadiens discutent déjà des façons dont le Canada peut influencer les efforts mondiaux visant à contrer les changements climatiques.

Ceci signifie que les grandes entreprises énergivores doivent investir afin de rendre leurs activités « propres », à moins qu’elles souhaitent se voir imposer des amendes potentiellement salées pour la pollution. L’attention portée à l’énergie renouvelable et le travail considérable nécessaire au soutien de ses efforts créent un climat propice à une augmentation rapide des occasions d’emplois dans le secteur canadien des technologies propres.

Perspectives d’emplois dans le secteur canadien des technologies propres

Actuellement, le secteur des technologies propres est celui qui connaît la croissance la plus rapide en matière d’embauche au pays. The Huffington Post Canada a examiné des recherches effectuées par Analytica Advisors et a conclu que les emplois directs au sein d’entreprises œuvrant dans le secteur des technologies propres ont augmenté de 6 % entre 2011 et 2012, passant de 38 000 à 41 000 employés. Au cours de cette même période, les revenus ont augmenté de 9 % et sont passés à 11,3 milliards de dollars. Si ce taux de croissance est maintenu, le secteur canadien des technologies propres pourrait atteindre des revenus totaux de 28 milliards de dollars d’ici 2022, et le nombre d’emplois croîtra assurément de la même façon.

Et les grandes entreprises ne sont pas les seules à embaucher de nouveaux employés. La source d’information a également noté que le secteur des technologies propres est actuellement dominé par un grand nombre de petites entreprises. Cette multitude d’entreprises démontre la véritable diversité au sein du secteur des technologies propres ainsi que les occasions disponibles pour les chercheurs d’emplois qualifiés dans différents métiers spécialisés.

Dans un article d’opinion paru dans le Vancouver Sun, Celine Bak, une analyste chez Analytica Advisors, a écrit que c’est ce qui fait des technologies propres un secteur où l’on retrouve une forte création d'emplois. Il s’agit d’un terme général qui englobe plusieurs autres segments, comme les secteurs de l'automobile, de la construction, de la fabrication, des transports et bien d'autres. Les dirigeants de ces secteurs savent que les demandes provenant de leurs clients ainsi que du système juridique canadien leur forceront la main pour que leurs activités soient plus respectueuses de l’environnement. Par conséquent, un nombre croissant de personnes se prépare à s’attaquer aux problématiques climatiques au moyen de produits et services.

« Ces entreprises travaillent sur des problèmes qui nous concernent tous, comme les façons d’utiliser la température constante sous le sol sur lequel nos bureaux sont érigés pour les chauffer ou les climatiser et les façons de remplacer le diesel coûteux et polluant par de l’énergie propre et abordable dans les collectivités éloignées ou de transformer les gaz à effet de serre en béton plus fort pour construire des édifices plus respectueux de l’environnement », a déclaré Mme Bak.