1. Accueil
  2. Nouvelles

Amélioration attendue dans le secteur de l'ingénierie canadienne

Des rapports récents suggèrent que l'économie canadienne bénéficiera d'une nouvelle action dans la seconde moitié de l'année, avec des informations supplémentaires poussant l'industrie vers de nouveaux niveaux de croissance.

Design Engineering a rapporté que les indicateurs de production pour le pays ont connu une forte croissance pour de nombreuses entreprises, permettant de plus gros efforts d'embauche d'ingénieurs.

Alors que les deux premiers trimestres de 2014 ont été cause de préoccupations, puisque les taux de croissance respectifs de 1,2 % et de 2 % étaient inférieurs aux prédictions de la Banque du Canada, les analystes pensent que la seconde moitié de l'année aidera à améliorer l'emploi des ingénieurs.
 
Une des principales raisons de cet optimisme est le fait que l'économie des États-Unis connaît ses plus forts niveaux de production au cours de la demi-décennie passée, ce qui est un très bon signe pour les ventes des manufactures canadiennes puisque presque la moitié des ventes de manufacture canadiennes sont des exportations dont la très grande majorité va vers les États-Unis.

L'Alberta : lieu privilégié de la croissance
Un rapport récent de BMO Economics sur la croissance économique du Canada montre que l'Alberta se retrouvera sans problème parmi les régions connaissant la meilleure réussite dans le pays pour les entreprises d'ingénierie.

 En termes de population, d'emploi et de ventes, l'Alberta se place en tête des provinces dans le pays. Ceci a conduit de nombreux observateurs à penser que les entreprises d'ingénierie, plus particulièrement celles qui excellent dans les secteurs de l'énergie et de l'agriculture, vont connaître un grand succès.

La croissance globale du produit intérieur brut de l'Alberta pourrait atteindre 3,5 % au cours de l'année à venir, alors que l'inflation s'approchera de son plus fort niveau en six ans. Ceci pourrait donner à cette région plus d'attrait que jamais pour de nombreux clients commerciaux qui envisagent de s'y installer.

« Les compagnies pétrolières et gazières ainsi que les sociétés agricoles sont prédominantes, mais nous voyons de bonnes occasions pour les entreprises qui soutiennent les retombées industrielles », déclare Robert Hayes, vice-président principal pour l'Alberta et les TNO chez BMO. « Ceci s’applique particulièrement au secteur de l'ingénierie, au sein duquel nos clients connaissent une croissance considérable ».

L'ingénierie de construction en hausse
La construction nécessite souvent l'intervention d'ingénieurs dans divers rôles et on sait que les frais relatifs à l'ingénierie constituent un des meilleurs secteurs d'investissement pour atteindre ce but. D'après Reed Construction Data, entre 2000 et 2011, le total des dépenses pour les nouvelles constructions au Canada a augmenté de 148 %. Le sous-secteur le plus important de l'industrie à connaître un gain était l'ingénierie, avec une augmentation des dépenses allant jusqu'à 179 %.

Et les chiffres suggèrent qu'il existe un risque de croissance encore plus grande des dépenses d'ingénierie. En 2000, celles-ci représentaient deux cinquièmes de toutes les dépenses et en 2011, ce chiffre avait atteint 45 %.

Divers aspects de l'industrie ont tous vu des résultats similaires. Les dépenses en ingénierie associées aux ponts ont augmenté de plus de 500 %, alors que les dépenses en ingénierie hydraulique et énergie électrique ont augmenté respectivement de 432 % et 350 %.

Alors que les préoccupations relatives aux infrastructures persistent dans tout le Canada et que de plus nombreux secteurs du gouvernement travaillent à rendre leurs bâtiments viables et à l'épreuve du temps, les dépenses d'ingénierie ne peuvent que continuer à augmenter, poussant encore davantage la réputation du secteur.